Le graphisme pour raconter les projets urbains

Raconter une histoire, ce n’est pas seulement l’écrire, c’est aussi la dessiner.

Quoi de plus parlant qu’une photographie, une carte ou un schéma pour se faire une idée d’un projet d’aménagement ou d’un projet de territoire ? Quand ils sont bien pensés, les supports graphiques sont parlants, accessibles, sensibles et s’adaptent à un langage universel.

 

Dans nos ateliers de concertation avec les citoyens, les cartes ou les schémas sont des supports d’échanges pédagogiques et ludiques. Ils nous permettent de recueillir les usages actuels et les projections futures des participants sur les sites de projet pour les associer à la conception. Ce sont aussi des outils qui facilitent la restitution des concertations auprès du grand public et des maîtrises d’ouvrage à toutes les phases du projet (du diagnostic aux propositions d’actions) et à toutes les échelles géographiques (du territoire aux bâtiments).

 

Au sein des équipes-projets, la production de contenus graphiques constitue une étape de travail importante. Que les destinataires soient les citoyens, les maîtres d’œuvre ou les maîtres d’ouvrage, la réflexion collective autour du langage cartographique (hiérarchisation des informations, choix des graphismes et des couleurs) est cruciale pour mettre en récit les projets urbains.

 

Ecologie Urbaine & Citoyenne produit tout type de supports graphiques lors de ces différentes missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage ou de maîtrise d’œuvre. À titre d’exemple, dans le cadre du projet des Lisières commandé par EpaMarne-EpaFrance, relatif à la mutation écologique d’un secteur commercial entre les communes de Montévrain et de Chanteloup-en-Brie, nous avons conçu une carte de restitution imagée pour faire le bilan d’un atelier participatif.

 

0 Points