#Matinale : Les outils numériques

Depuis ces dernières années, et en particulier avec le confinement, les outils numériques ont fait parler d’eux. Avec le collectif #re-sources, nous nous sommes interrogé sur leurs usages, pertinences et leur lien avec la participation citoyenne et la collaboration au sein de l’entreprise.

Les outils numériques pour favoriser la participation citoyenne

Que ce soit pour les visio, les ateliers post-it, le travail collaboratif, etc, un grand nombre d’outils est aujourd’hui disponible. Lors du choix d’un outil, il est donc primordial de commencer par se poser un certain nombre de questions : La simplicité d’usage prime-t-elle sur le nombre de fonctionnalités ? Est-ce que je souhaite un outil gratuit ? Libre de droit ? Qui s’extrait du passage par les Gafam ?

L’outil de tableau blanc avec post-it “metroretro” a été mis en place par Accompagnement Digital chez Ecologie Urbaine. Il a permis de continuer à proposer des ateliers participatifs à plusieurs clients durant le confinement.

Une fois un ou plusieurs outils pré-sélectionnés, l’idée n’est pas de l’imposer à une équipe (interne ou inter-entreprises et collectivités) mais de le faire tester en expliquant le but et l’intérêt de l’outil. Un outil trop complexe ou imposé trop rapidement ne sera pas adopté par le groupe.

Il faut aussi savoir que, comme tout outil, les outils numériques peuvent être détournés de leur fonction première pour mieux répondre aux besoins.

L’outil Decidim

Decidim, “nous décidons” en catalan, a été créée en 2016 pour contribuer à l’élaboration des politiques publiques. Aujourd’hui, plus de 250 organisations dans une quinzaine de pays utilisent cette plateforme basée sur un logiciel libre.
Le portail permet de créer des espaces participatifs et d’activer certaines fonctionnalités : propositions, agendas, questionnaire, module de vote, etc. On peut créer des démarches sur mesure avec des échelles plus ou moins grandes, des espaces publics ou privés.

L’outil peut permettre de mettre en valeur les actions de la municipalité et de mesurer les retours des habitants et de la commune

Durant les derniers mois de confinement, des habitants de certains villes ont pu proposer leurs services bénévoles ou mise en relations à partir de la plateforme Decidim.

Open Source Politics propose une palette de services autour de la plateforme : configuration et hébergement, accompagnement, éventuels développements, pour un coût annuel de 10-15K€ pour une ville de taille moyenne.

Contexte du confinement

Le confinement suite à la crise de la Covid a apporté un nouveau regard sur les outils collaboratifs. Ceux-ci ont notamment permis dans certains cas de réduire des fractures type “tout se passe à Paris” : des formations prévues sur Paris ont été migrées vers la visio et ont ainsi permis à plus de personnes d’y participer. Il faut toutefois faire attention à ne pas “perdre” des participants qui ne seraient pas à l’aise avec l’utilisation du numérique (la fameuse “fracture numérique”).

La démocratie numérique ne doit pas remplacer mais compléter ce qui existe ou existait en physique ou sur l’espace public. Nous manquons encore aujourd’hui de recul pour savoir si les citoyens concernés et mobilisés grâce aux outils numériques sont les mêmes personnes que sur de la concertation physique.

Certains expériences montrent que la participation numérique peut être dynamisée si elle est couplée à des animations publiques. La participation “en direct” peut ainsi être encouragée grâce aux médiateurs du numérique.

La #matinale a été enregistrée et peut se revoir :

Invités : 

Gabrielle Carpel, Accompagnement Digital

Valentin Chaput, valentin@opensourcepolitics.eu

Animateur : 

Philippe Labro, Ecologie Urbaine & Citoyenne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *