Les dernières frontières de la ville

Trames noires, trames brunes, nous pensons connaître la ville et ses fonctions, mais avons-nous exploré la diversité de ce milieu complexe qui se transforme en permanence en fonction de l’espace et du temps ? Reste-t-il des terras incognitas qui n’ont pas livré tous leurs secrets ?
Dans le cadre des Matinales du Collectif #Re-Sources, nous vous proposons d’explorer deux frontières de la ville qui restent souvent abstraites ou invisibles pour les urbains que nous sommes :

La nuit
Depuis l’origine, les humains n’ont eu de cesse de domestiquer la nature et d’étendre leur emprise sur l’ensemble de la planète. Dans cette conquête du système monde presque achevée, la nuit urbaine, oubliée par les édiles et les chercheurs, n’a pas encore livré tous ses secrets.
Il y a pourtant une vie après le jour. Travail en horaires atypiques, soldes de nuit, nocturnes commerciales, illuminations, nuits blanches, transport, pollution lumineuse, nuisances sonores ou violences urbaines : entre insécurité et liberté, la nuit s’invite dans notre actualité. Et la nuit a beaucoup de choses à dire au jour.

La micro-biodiversité
Le peuple microbien colonise la ville à une échelle inédite : microscopique. La micro-biodiversité urbaine, indispensable à notre bonne santé, nous invite pour un voyage naturaliste sur la piste des virus, bactéries, archées, microalgues, protistes ciliés et amibes, nématodes et tardigrades, dans les milieux divers qui composent la ville : le corps humain, les animaux ; les plantes, les sols.

Et pour aller encore plus loin : le temps. Quand il rencontre la ville, il se traduit en chronotopie.

Nos intervenants invités :
Luc Gwiazdzinski, Géographe et Professeur à l’Ensa de Nantes
Laurent Palka, Maître de conférences du Muséum National d’Histoire Naturelle

Côté organisateurs et animateurs, c’est Philippe Labro, d’EU&C et David Lucot, d’A etc qui nous proposent cette matinale.

Pour revoir la matinale :